ABOUT US

Folie Canada croit que les études sur la démence doivent se rapporter au public tout en accordant une attention particulière aux mécanismes de pouvoir et aux questions de justice sociale. Nous souhaitons utiliser l’histoire pour comprendre le présent et éclairer l’avenir.

Notre travail s’appuie sur des expériences, des compétences et des perspectives diverses en reconnaissant l’héritage Mad Pride (Fierté des fous) au sein des collectivités canadiennes. Parmi les collaborateurs du site Web figurent notamment des membres de la communauté, des universitaires, des éducateurs et des décideurs politiques.

Nous cherchons de nouvelles expositions et nous encourageons aussi la participation de personnes ayant un vécu expérientiel. Si vous souhaitez présenter une demande pour monter une exposition sur le site, veuillez remplir ce formulaire et nous l’envoyer. [FORMULAIRE]

Faites connaissance avec notre Conseil consultatif

Le Conseil consultatif est composé de chercheurs, d’éducateurs et de personnes ayant un vécu expérientiel. Le Conseil consultatif formule l’orientation stratégique de Folie Canada et examine les propositions pour la section Expositions du site.

John Court est Archiviste pour le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH – Toronto) depuis 1998 et a aidé de nombreux chercheurs à trouver des documents et des photographies importants et souvent rares. En tant qu’historien, il est professeur agrégé au département de psychiatrie et membre de la Faculté des études supérieures  – Institut des sciences médicales – à la Faculté de médecine de l’Université de Toronto.

smiling woman with white hair

Susan Heximer est professeure au George Brown College à Toronto depuis trente ans. Elle a développé les premiers programmes de santé mentale au Canada dans le cadre du système d’études collégiales pour promouvoir l’accès aux personnes qui ont fait l’expérience de la psychiatrie. Actuellement, elle soutient les enseignants novices, aussi bien qu’expérimentés, dans l’adoption d’approches de pratiques réfléchies axées sur l’apprenant. Elle est ravie de pouvoir intégrer ses deux intérêts, la santé mentale et la préparation de programmes d’études, dans les modules de l’Histoire en pratique, et c’est pour elle un honneur d’être conseillère pour le site Web Histoire de la folie.

Kathleen Kendall est professeure agrégé de sociologie appliquée à la médecine à la Faculté de médecine de l’Université de Southampton au Royaume-Uni. Elle fait partie des fondateurs du collectif du site Web Histoire de la folie au Canada. Sa recherche porte principalement sur la criminalisation, l’emprisonnement et la santé mentale, avec un intérêt tout particulier pour Rockwood, le premier asile autonome pour « criminels psychopathes » du Canada. Pour autant, Kathy a également orienté ses recherches vers d’autres domaines, comme par exemple : l’expérience menée des années 1950 en Saskatchewan, sa province natale, pour déstigmatisation les problèmes de santé mentale, la décolonisation des programmes d’enseignement de la médecine et une auto-ethnographie collaborative sur l’expérience d’une étudiante réfugiée.

Eugène LeBlanc est le directeur d’un centre d’activités en santé mentale. Depuis 1987, il dirige le Groupe de support émotionnel inc. qui se situe à Moncton au Nouveau-Brunswick. Il est également l’éditeur de la revue Our Voice / Notre Voix, qui fait circulation à l’international. Il est co-auteur du livre Osons imaginer : de la folie à la fierté. Il s’intéresse à l’innovation et à la remise en question du récit traditionnel en santé mentale.  En 2003, on lui a décerné le Prix des droits de la personne du Nouveau-Brunswick pour sa contribution en tant que militant communautaire en santé mentale.

Jayne Melville Whyte est actuellement historienne et archiviste de l’Association canadienne pour la santé mentale (Saskatchewan). Elle a survécu au système de santé mentale depuis 1965 et est restée active dans l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) depuis 1975. C’est l’une des premières personnes à avoir parler publiquement de son expérience personnelle de la maladie mentale. Jayne est l’auteure de plusieurs rapports sur les femmes, la pauvreté, les personnes âgées et, bien sûr, toujours – la maladie mentale / santé mentale. Parmi ses autres projets d’écriture, on peut citer son livre, Pivot Points: A Fragmented History of Mental Health in Saskatchewan (2012), un chapitre dans la collection Much Madness, Divinest Sense: Women’s Stories of Mental Health and Health Care et, à l’heure actuelle, des fragments historiques du mouvement consommateur / survivant pour le 100e anniversaire du ACSM en 2018.